accueilcréer un comptese connectertop membresfaq
[GROSSESSE] /

La nature de métamatière et la libération anticipe

Ce topic a été vu par 5 membres, 39 non-membres, et totalise 52 affichages
Il y a 1 message de 1 membre, dont 1 de l'auteur ClaudeDeBortoli
Personne ne surveille ce topic (?)
ClaudeDeBortoli
2 posts (0)
ClaudeDeBortoli est poisson
aux DOM/TOM, sans enfant
#1 dimanche 11 juillet 2010 - 07:22:01 (il y a 82 mois)
S'il y a naissance, il y a vie, il y a humain.
 
S'il n'y a pas naissance, il n'y a pas vie. Il y a gestation. Il y a foetus.
 
Un humain est un être vivant parce qu'il est né.
 
Un foetus n'est pas un être vivant parce qu'il n'est pas né. C'est un organe faisant partie intégrante de la mère (maman). Un organe éphémère avec un ADN différent. Elle en dispose à sa guise selon ses instincts et ses dispositions.
 
Un foetus ne peut pas mourir parce qu'il n'est pas né.
 
Une libération anticipée n'est pas un infanticide. C'est une extraction. A condition que celle ci ne provoque pas une naissance humaine suivie de la mort d'un humain des plus innocent.
 
Au premier cri, au premier souffle, il y a naissance, il y a humain.
 
Une libération anticipée, à condition qu'il n'y ai pas naissance, n'a pas de répercussion dans la nature de métamatière.
 
Le foétus n'est pas un organe "normal" faisant partie depuis toujours du corps de la mère (maman). C'est un organe éphémère. Un organe à part. Il est issu de la fécondation. Il est donc toléré par le corps de la mère (maman) moyennent des désagréments. Ce n'est pas une greffe. Il n'y a pas rejet. Les nausées sont une "douceur" par rapport aux effets d'un rejet. Le foétus s'accroche comme un organe. Il se génère à ses dépends puis se libère pour devenir un être humain. La venue de l'organe éphémère perturbe le corps de la mère (maman).
0
RÉPONDRE :
Remplissez seulement 2 cases et venez participer à cette discussion :
=> CRÉER MON COMPTE EN 20 SECONDES !
©2017 TonPrenom.com
Prénoms

La nature de métamatiè...

Blogs
Flux RSS | le concept | plan du site | mises en garde | contact